BestMentor : Inès

MA FORMATION

 

  • Mon Orientation

 

Quatrième année de médecine, quatre ans post-bac qui ont filé à une vitesse folle.

Je suis étudiante à la Faculté de Médecine de l’Université de Paris que j’ai intégrée en 2017.

 

 

  • La chronologie des études de médecine

 

Les études médicales sont découpées en trois grandes parties.

 

  1. La première partie comprend la première année de médecine appelée aujourd’hui PASS ou LAS jusqu’à la troisième année de médecine (aussi appelée DFGSM3). Pendant ces trois premières années, nous découvrons la base du fonctionnement de chaque organe : anatomie, physiologie, histologie… Ces années sont en grande partie théorique, nous permettent de nous approprier le « jargon médical » et de nous familiariser avec le corps humain.
  2. La seconde partie se nomme l’externat. C’est le début du second cycle, un tout nouveau rythme pour nous. Tout en étant salarié de l’hôpital public nous sommes encore étudiant, et nous jonglons entre pratique et théorie. Nos journées se découpent entre :

    Une matinée de stage à l’hôpital pendant laquelle nous plongeons dans le « réel univers de la médecine ». Nous apprenons à communiquer avec les patients, à appréhender des situations difficiles et bien sûr à soigner.

    Ainsi qu’une après-midi de travail personnel, pendant laquelle nous étudions.

    A la fin de la sixième année de médecine se déroule l’ECN (Examen Classant National), encore appelé Concours de l’Internat. Ce concours que nous avons préparé depuis le début de notre externat nous permet de choisir selon notre classement une spécialité (parmi les 44 spécialités existantes !) ainsi qu’une région pour notre internat. C’est un concours national (environ 9000 étudiants en médecine sont classés chaque année).

  3. La dernière partie s’intitule l’internat. Selon les spécialités, ce cycle peut durer entre trois et six ans. Pendant ces années, nous sommes à temps-plein à l’hôpital mais nous conservons un statut d’étudiant. Aussi, nous avons des cours organisés environ une fois par mois, et nous devons écrire une thèse qui signera notre titre de docteur.

 

 

  • Pourquoi devenir médecin ?

 

Personnellement, je me suis laissée le temps d’être sûre de ce choix. Au lycée, j’ai donc été à de multiples salons d’orientation où j’ai pu découvrir les CPGE aux grandes écoles, mais aussi les licences LEA, et plein d’autres formations. Mes matières fortes étaient majoritairement les langues et l’histoire, aussi m’aventurer vers ce cursus extrêmement scientifique m’inquiétait un peu. Cependant, malgré tous les atouts et attraits des autres filières, aucune ne pourrait m’offrir ce dont je rêvais : soigner les maux, guérir les maladies et accompagner. Alors, j’ai décidé de me faire confiance et de sauter le pas en rentrant en première année de médecine.

 

J’ai choisi de m’engager dans les études de médecine pour deux raisons. Tout d’abord le métier de médecin est essentiel à la société, il ne sera jamais désuet ni remplacé (même par l’intelligence artificielle), j’aime me lever chaque matin avec un sentiment d’utilité. Mais c’est aussi un métier de passion, un métier stimulant qui nous pousse chaque jour à nous dépasser. Ceci depuis la première année qui nous aide à découvrir une méthode de travail, à savoir s’organiser, en passant par l’externat, années où la rigueur est de mise, et où des notions telles que la dignité, la violence, mais aussi la gratitude nous accompagnent chaque jour, pour enfin aboutir à l’internat et au début de notre carrière de médecin.

 

  • Quel bac faut-il pour commencer médecine ?

 

Avec la réforme actuelle du baccalauréat qui propose un « baccalauréat composé », mais également la réforme des études de santé avec le début de la PASS et la LAS (première année de médecine), il est difficile de savoir comment s’orienter au lycée.

 

Je pense que pour intégrer au mieux les connaissances qui nous sont enseignées en première année il est nécessaire d’avoir suivi un enseignement scientifique au lycée notamment les mathématiques et la science physique. Néanmoins, la LAS s’ouvre aujourd’hui également aux étudiants n’ayant pas choisi de garder d’enseignement scientifique au lycée.

 

  • Quelles qualités vous seront utiles pour les études de médecine ?

 

Le médecin « parfait » n’existe pas. Simplement quelques attributs lui sont nécessaires pour exercer correctement son métier.

Pour moi, un bon médecin est un médecin humain. Il ne s’agit pas de s’approprier l’histoire des patients, mais de les aider à se reconstruire après une maladie grave, d’accompagner les familles lors d’un deuil, ou encore de favoriser la réinsertion sociale de certains patients.

Il faut également être patient, organisé et volontaire car les études de médecine sont longues, parfois difficiles et nous forcent sans cesse à nous améliorer.

Enfin, je pense qu’il faut savoir être curieux, et cela s’applique à toutes les études. La curiosité nous force à nous aventurer parfois en terre inconnue et à développer nos facultés d’analyse, de compréhension et de synthèse.

 

  • Un conseil pour la fin

 

Osez, même si l’on vous dit que vous n’êtes pas capable, même si vos notes de mathématiques ne sont pas si terribles, même si vous avez un peu peur, lancez-vous !

 

Médecin, c’est le plus beau métier du monde pas vrai ?