L’orientation scolaire à la française

Le quizz Bestfutur

L’orientation scolaire à la française

L’orientation scolaire à la française est particulière et fonctionne sur des modèles non reconnus dans les pays anglo-saxons. Avant de commencer à plonger dans la manière de faire un choix de carrière qui nous convienne parfaitement, faisons d’abord un tour d’horizon de la façon dont la majorité d’entre nous choisisse un métier.

L’orientation scolaire au lycée

Vers l’âge de 14 ans, c’est à dire en classe de troisième, l’entourage composé des parents et de quelques amis bien intentionnés commencent à poser LA question ” que veux tu faire plus tard?” et surtout vous enjoignent à y réfléchir très rapidement puisque cette année de troisième est la première étape d’une longue ascension vers le bac dont les bulletins seront le sésame pour rejoindre une formation prestigieuse.

Alors, au lycée, en tant que jeune ado, vous commencez à écouter les gens autour de vous… leur demander ce qu’ils font…. essayer de comprendre leur métier. En premier lieu, vous vous adressez à vos parents pour qu’ils vous expliquent leur métier, ce qui les motive à se lever tous les matins pour continuer …

Avec toutes ces informations récoltées mais qui, malheureusement, ne veulent pas dire grand chose pour un jeune, vous décidez qu’après le bac, vous ferez une école de commerce parce que cela ouvre le plus de débouchés et ne vous oblige pas à choisir tout de suite, ou vous vous orientez vers la fac parce que vous avez envie d’être avocat comme votre grand père que vous aimez tant ou médecin comme Dr House…..

Est-ce bien sérieux ?

Et quand vous vous retrouvez après 5 années d’études post bac, votre diplôme en poche , si durement acquis pour certains, vous vous dites que finalement vous n’êtes pas certain de vouloir, tous les matins, prendre le même chemin pour aller travailler et vous installer derrière le même bureau avec la même collègue face à vous… ou que vous n’aimez finalement pas tellement parler fort et tenir des propos certes bien exprimés mais un peu dilatoires ou que tout simplement vous avez mal au cœur quand vous voyez du sang ….

J’imagine que vous pensez que tout cela est bien caricatural mais détrompez-vous.. L’orientation scolaire est bien un sujet critique.

Aux Etats-Unis, une étude Gallup a été menée récemment et montre que seulement 20% des gens qui travaillent ont le sentiment d’utiliser leurs talents au quotidien et de faire ce qu’ils aiment faire. Il semblerait qu’une autre étude montre que plus de 40% des étudiants venant d’être diplômés ne sont pas complètement clairs sur leur choix..

Quand je lis ces statistiques, je me demande si nous ne prenons pas plus au sérieux le choix d’un appartement ou d’une destination pour nos vacances.

Et je me demande aussi pourquoi nos conseillers d’orientation de lycée dans notre système éducatif ne sont pas plus nombreux et plus formés à accompagner la réflexion au delà de remettre des copies des catalogues ONISEP sur les orientations en études supérieures,  qui sont au demeurant très bien faits : en voici un aperçu ici pour les études de journalisme.

De même, de nombreux coachs ont aujourd’hui pignon sur rue, notamment dans des grosses structures d’aide à la scolarité mais sont-ils vraiment professionnels et le résultat est-il probant ? Certes, ils connaissent bien certaines filières d’études supérieures mais connaissent-ils si bien les métiers, les débouchés et les évolutions des métiers émergents ?

Lisez mon billet d’humeur à ce sujet et vous comprendrez ma position…..