Le rôle des parents dans l’orientation

parents et ado parlent orientation

Le rôle des parents dans l’orientation

Pourquoi tant d’inquiétudes de la part des parents face à la question de l’orientation ?

Parce que le rôle des parents dans l’orientation est primordial !

L’anxiété des parents et des jeunes face au processus d’orientation est palpable. Quand vous en parlez autour de vous, il est rare de ne pas trouver d’écho à votre propre inquiétude. Mais la question que je me pose est pourquoi l’orientation est devenue si complexe et quel est le rôle des parents dans l’orientation ?

La démarche d’orientation scolaire et professionnelle est au coeur d’un système compliqué et interactif dans lequel interviennent non seulement l’étudiant mais aussi sa famille ainsi que les multiples acteurs externes du monde scolaire, universitaire et du monde professionnel.

De nombreux facteurs brouillent la vision de l’orientation et font que pour un grand nombre de jeunes qui ne savent « pas quoi faire », il est difficile de se repérer dans la masse d’informations et de formations disponibles et d’arrêter des choix d’orientation clairs sans craindre que, peut-être, ils se «trompent ». En outre, la compétition scolaire s’est particulièrement intensifiée et les procédures d’admission, d’admissibilité et d’intégration aux écoles se sont complexifiées. Il n’est donc pas facile de vivre sereinement les différents paliers d’orientation qui s’imposent dès la fin de 3ème, puis en fin de 2nde et surtout en terminale. Alors quel est le rôle des parents dans l’orientation de leurs enfants ?

Quel est le rôle des parents dans l’orientation et que faire ?

Les jeunes attachent beaucoup d’importance à l’attitude et au soutien de leurs parents. Le rôle des parents dans l’orientation est important même si ces derniers ne savent pas comment s’y prendre. Les jeunes attendent tout simplement de se sentir accompagnés sans pour autant se sentir influencés dans leurs choix.

Les lycéens, tout particulièrement, attendent que leurs parents soient présents mais pas envahissants ! En effet, le besoin paradoxal entre indépendance et dépendance se révèle d’autant plus fortement dans le domaine de l’orientation scolaire et professionnelle qu’ils considèrent comme une décision personnelle.

Quelles sont les attentes des jeunes face à leur orientation scolaire et professionnelle ? 

> L’écoute et les échanges 

La communication est la clef de voûte du rôle des parents dans l’orientation. Les parents pensent souvent en termes d’emploi et sont peu favorables à des vocations qui leur paraissent trop «risquées»…
Parfois, les parents doivent être en mesure de départager leurs ambitions professionnelles de celles de leur enfant. Par exemple,  un parent peut adorer les sciences médicales et être convaincu qu’opter pour ce domaine ouvrira toutes les portes. Mais, pour être de bon conseil, ils se doivent d’être attentifs aux aspirations ainsi qu’aux préoccupations de leur jeune. Entendre mais surtout écouter son ado , c’est ouvrir son esprit à ce qu’il est vraiment au fond de lui et hors de la structure familiale.

Les parents détiennent – parfois même sans le savoir! – de pertinentes informations pour aider leur enfant à découvrir et à clarifier ses intérêts, ses talents et ses valeurs. Il  suffit parfois de lui rappeler des projets scolaires ou parascolaires qu’il a réalisés et aimés ou encore des activités qui l’intéressent . Le parent doit davantage faire ressortir les points forts, plutôt que les faiblesses afin d’encourager à développer une vision positive. Le rôle des parents dans l’orientation peut parfois se faire simplement.

> La motivation

L’encouragement consiste à s’intéresser aux réussites passées et présentes. Il ne s’agit pas seulement d’adresser de simples félicitations sans fondement (parce qu’on les aime !) mais le rôle des parents dans l’orientation est d’argumenter et de fonder ces propos sur des actes bien réels.

Chaque ado fait mieux lorsqu’il se sent mieux. Il n’y a rien de plus motivant que d’être reconnu pour ce que l’on apporte, ce que l’on construit, ce à quoi on contribue, avec une identité propre et  des talents.

L’encouragement tend à insuffler du courage, de la force, pour inciter à agir. Il permet de faire prendre conscience de l’efficacité d’un comportement dans une situation donnée. Il s’agit alors de développer un sentiment d’efficacité personnelle donc, en résumé, cela signifie développer la confiance en une capacité à réussir !

> La réassurance 

L’orientation est une espèce de serpent noir horrible qui fait peur à la majorité des étudiants et parfois même aux parents ! Chacun doit se rassurer mutuellement ..

L’ado en démontrant un intérêt pour son avenir et en faisant les démarches nécessaires pour prouver une certaine conscience de l’enjeu. Et les parents doivent, eux,  se montrer patients et garder confiance. Le passage de l’adolescence à la vie adulte est une période d’exploration et de grands questionnements. Il est important d’accompagner le jeune, de lui laisser le temps de réfléchir et, surtout, de le rassurer sur ses capacités.

Dans ce cadre, il est temps de “tuer” cette croyance qui est de penser que c’est à 17 ou 18 ans que l’on choisit une profession pour LA VIE. Certes, la générations du baby boom a parfois passé toute sa vie dans une même entreprise mais cela devient rare et surtout ce n’est plus un objectif pour personne.

Il faut prendre conscience que le premier choix d’orientation est, certes important pour un début de carrière mais que tout au long des expériences professionnelles et des rencontres, de nouvelles options et des opportunités se présenteront.  Il est donc toujours temps au cours d’un parcours scolaire de prendre des décision qui s’imposent et d’envisager des chemins de traverse !

> L’accompagnement

Les jeunes veulent se sentir accompagnés par leur parents. Pour eux , cela signifie qu’ils veulent être aidés concrètement dans les démarches (recherches documentaires, visites salons, montage des dossiers de candidature, Journées Portes Ouvertes des écoles etc…) mais aussi, ils cherchent à être soutenus moralement pour les aider à surmonter des moments stressants qu’ils perçoivent comme décisifs (résultats de concours; préparation aux oraux; décision de réorientation éventuelle …).

L’exploration du marché du travail peut s’avérer une activité enrichissante et source de moments de complicité. L’exercice peut prendre différentes formes : la visite de salons portant sur les filières métiers, la navigation sur des sites Internet spécialisés sur les carrières ou ceux des établissements d’enseignement, la lecture des perspectives d’emplois de différents métiers et professions, la consultation d’ouvrages spécialisés etc. Le parent, alors impliqué, est ainsi plus enclin à parler de sa vie professionnelle, avec ses bons et ses mauvais souvenirs.  En partageant ce qui l’anime dans son travail et ce qui donne un sens à sa propre vie professionnelle, le parent devient ainsi une référence positive sur cette vie après les études et permet d’aborder un sujet primordial qui n’est pas forcément au coeur des discussions familiales.

> L’influence positive 

Les parents sont source d’influence et doivent avoir conscience qu’ils font parfois porter à leurs enfants des désirs qui ne sont pas les leurs. L’idéal est d’être aux cotés du jeune, mais certainement pas à  sa place.  Ne pas se sentir influencé signifie que le jeune attend que ses parents soient neutres par rapport à une décision d’orientation scolaire et professionnelle.

Les parents sont parfois, au moment même où le jeune cherche son orientation, soucieux pour leur avenir  professionnel. En effet, cette période coïncide souvent avec une étape de mi-carrière qui ne se passe pas toujours dans la sérénité. Les parents vivent parfois une remise en question sur les choix qu’ils ont effectués dans les premières années de leur carrière voire de leur orientation scolaire et professionnelle et les moyens qu’ils se sont eux mêmes donnés pour réussir à se tracer un chemin professionnel satisfaisant et viable.

L’objectif est évidemment de pouvoir échanger sur ces inquiétudes et influencer en toute bienveillance quand le chemin scolaire et professionnel parait peu cohérent avec la personnalité du jeune.

Enfin, la solution peut être de se faire aider par un tiers notamment un coach d’orientation dont c’est le métier.

Car le projet professionnel est avant tout être un projet personnel, la médiation d’un tiers peut s’avérer bénéfique.  Cela évite souvent que toute la relation familiale souffre d’échanges qui peuvent être difficiles. Ainsi, tout le monde bénéficie d’un regard neutre et objectif qui saura être à l’écoute de chacun et mettra le bien être du jeune au coeur de la discussion.

Autre article sur le même thème :