Métiers d’avenir et orientation scolaire

Orientation métiers d' avenir BestFutur

Métiers d’avenir et orientation scolaire

Quels métiers d’avenir d’ici 2030 ?

 

Les enjeux économiques actuels, du développement durable et du vieillissement de la population transforment profondément les métiers existants mais créent aussi de nouvelles activités .

D’autant que les métiers depuis le début des années 1980 évoluent au rythme des mutations de l’environnement économique et social, des changements technologiques, de l’internationalisation des échanges et de la transformation des comportements de consommation des ménages.

La pandémie de COVID 19, les guerres successives dans les pays plus ou moins éloignés de la France contribuent aussi à faire émerger des compétences différentes et des visions nouvelles du monde professionnel à court, moyen ou long termes.

Le dénominateur commun à tous ces jobs aussi différents soient-il semble reposer sur la montée en puissance des qualifications.

Les jeunes lycéens ou étudiants pensent rarement sous l’angle des métiers d’avenir mais leurs parents, eux, ont en tête la difficulté de trouver un emploi dans certaines filières et expriment clairement l’envie de voir leurs enfants choisir une voie, une formation où un futur professionnel florissant semble garanti.

Selon la DARES (Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques), de nombreux départs à la retraite devront être comblés (600.000 par an), alors que 150.000 emplois pourraient être créés pour répondre à de nouveaux besoins professionnels d’ici à 10 ans.

⊕  600.000 : le nombre de départs annuels à la retraite prévus jusqu’en 2022

 

Quels sont les métiers qui vont s’imposer dans les 10 prochaines années ?

 

Dans le top 10 des profils professionnels que les entreprises s’arrachent aujourd’hui, tels expert du développement durable, développeur d’applications mobiles, technicien dans le cloud computing, data miner ou community manager, aucun métier n’existait en 2004 !

Les métiers qui sont voués à disparaitre sont nombreux et nous pouvons d’ores et déjà constater certains changements notables dans notre vie professionnelle et quotidienne : le caissier de supermarché, le manutentionnaire, l’assistante de direction, l’interprète et traducteur remplacé par des applications et des oreillettes de traduction instantanée, le taxi et les agents conducteurs de métro et trains avec l’avènement des voitures autonomes pointant déjà le bout de leur nez, le livreur qui a connu son apogée avec le confinement mais qui se voit désormais remplacé par les drones, le banquier car tout se fait désormais à distance et par voie digitale, le comptable avec toutes les plateformes automatisées ….

La liste des postes est longue mais si vous souhaitez en savoir davantage, écoutez cet interview sur Europe 1. 

 

Des professions en pleine mutation

 

Les enjeux du développement durable et de la protection de la nature suscitent l’émergence de nouveaux métiers d’ingénieur ou d’analyste comme le consulting en écologie ou la gestion de projets en entreprise.

Le vieillissement de la population favorise les services à la personne qui requièrent des formations en santé notamment.

L’avènement de la société de loisirs conforte les activités récréatives et culturelles.

Si ces facteurs influencent les métiers, ils transforment également le travail professionnel.

A l’horizon 2030, les professions qui offriront le plus d’opportunités professionnelles et de postes sont liées au secteur de la santé, à celui du numérique ainsi qu’au domaine de la construction selon une étude récente menée par la Dares et France Stratégie.

Concernant les créations d’emplois, elles concerneront majoritairement les diplômés du supérieur dont les secteurs en expansion recrutent déjà.

 

Voici une infographie sur les postes à pourvoir parue dans un article du magazine Capital en Aout 2022. 

postes à pourvoir 2030Santé, informatique, énergie, communication : des besoins croissants

 

La santé et l’aide sociale

Le premier des secteurs d’activité professionnelle qui offrira de nombreux postes est celui de la santé, incluant le service à la personne. Déjà stimulé depuis le début de la pandémie, il devrait être encore davantage sollicité en raison du vieillissement de la population. Les postes vont être nombreux.

En effet, un Français sur trois aura 65 ans ou plus en 2030, et 3 millions de personnes seront en situation de perte d’autonomie. Ce qui augmentera inévitablement les besoins de prise en charge de la dépendance et de santé. Parmi les 15 métiers dont le nombre d’emploi augmentera le plus entre 2019 et 2030, cinq font partie du domaine de l’aide à la personne pour répondre aux besoins en soins, en accompagnement et en conseil.

De la santé à l’action sociale, en passant par les activités culturelles, sportives et les services aux particuliers, les besoins vont aller crescendo.

Le secteur médical et paramédical manque déjà cruellement de médecins et de kinésithérapeutes. Avec les départs à la retraite et le vieillissement de la population, les embauches devraient croître de 50 % selon un cabinet du recrutement spécialisé dans le secteur médical.

La DARES affirme : « Avec le développement de la médecine ambulatoire et le maintien à domicile des personnes âgées, l’ensemble des professions de soins et d’aide aux personnes fragiles (aides à domicile, aides-soignants, infirmiers) devrait créer plus de 350.000 emplois à l’horizon 2025. »

 

L’informatique

Si vous adorez  l’informatique, 154.000 postes de techniciens, d’opérateurs et d’ingénieurs seront à pourvoir dans la décennie en cours.

Dans le numérique, qui contribue, aujourd’hui, pour un quart à la croissance de notre pays, les professionnels du cloud computing -ressources informatiques partagées-, du big data -bases de données-  de l’intelligence artificielle nécessaires avec la présence renforcée du e-commerce et des réseaux sociaux dans nos modèles de consommation sont en pleine explosion.

Sans parler de la nouvelle émergence du métavers, qui remplacera  l’Internet 2D, celui sur lequel on surfe grâce à un navigateur web (Chrome, Firefox, Safari). L’avenir du numérique semble être en 3D. De même, les NFT et la cryptomonnaie intriguent pour le moment mais vont prendre de l’ampleur dans les années à venir et donc font déjà naître de nouvelles compétences. Les formations de nos jeunes sont encore en gestation mais certaines écoles ont bien pris le tournant pour s’octroyer les compétences de professionnels aguerris et visionnaires.

 

La communication

Internet a fait émerger de nouveaux jobs avec un point commun : créer du lien entre les internautes et leur faire connaître de nouveaux produits.

De copywriter, à web analyst ou Community manager en passant par le consultant en e-réputation, la liste de ces métiers à la mode à le vent en poupe et ne cesse d’évoluer avec les stratégies élaborées par les sociétés qui cherchent sans cesse à accroitre leur visibilité sur le web.

 

L’environnement 

Protéger la planète est devenu une cause mondiale, des métiers naissent tous les jours pour faire face aux enjeux écologiques, autour de l’énergie et du développement durable : écotoxicologue, ingénieurs de sites et de sols pollués, chimistes verts, consultant en écologie et bien d’autres encore

 

Les professions de la vente et du marketing

 

La révolution numérique impose sa loi et impacte les métiers du commerce et du marketing.

Tous les jobs existants dans le marketing et la vente sont entrés en mutation, obligeant chacun à s’adapter pour ne pas être dépassé. De nombreuses plateformes comme Malt propose des free lances formés au digital et disposant de compétences dernier cri.  Avec plus de 100 000 projets réalisés avec succès, c’est aujourd’hui la plus importante communauté de freelancing en Europe. De nombreux jeunes diplômes ayant suivi une formation commerciale ou créative rejoignent ce type de fonction qui leur laisse la liberté d’agir.

Il s’agit d’un monde professionnel ou les reconversions sont monnaie courante.

L’industrie aussi, portée par l’innovation technique et scientifique, devrait être un gros pourvoyeur d’emplois dans les secteurs de l’énergie, de la biotechnologie et de la recherche dans à peu près tous les domaines.

 

Alors concrètement, sur quels métiers pouvez-vous parier pour demain ?

 

Le monde change indéniablement ainsi que le rapport que nous avons tous au travail et cela transforme dans son sillage les emplois, le profil des professionnels recherchés et l’environnement des entreprises. Certes, les métiers peuvent conserver l’appellation des métiers d’aujourd’hui, leurs noms sonneront comme ceux d’aujourd’hui, mais ils ne s’exerceront plus de la même façon. À l’origine de cette transformation : la révolution technologique, l’intensification de la concurrence, mais également les changements de modes de vie.

Dans notre livre « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? », nous évoquons notre vision du monde du travail de demain.

En voici un extrait :

Les spécialistes qui se penchent sur l’avenir du salariat sont
convaincus que le visage du monde professionnel de demain va
complètement changer.
Nous l’avons déjà dit, un moins de 25 ans occupera en moyenne
13 jobs différents dans sa vie16. Cette perspective peut s’avérer
déstabilisante pour vous qui n’en aurez probablement que 4 ou
5, et dont les parents n’ont souvent eu qu’un seul métier dans
leur vie.
La structure traditionnelle du salariat est clairement vouée à
disparaître. Les jeunes ne sont que 9 % à souhaiter continuer à
travailler en tant que salariés dans les quinze ans à venir, contre
84 % des employés actuels17.
Le cumul des jobs sera monnaie courante et beaucoup auront
plusieurs emplois : consultants le matin pour un grand groupe,
autoentrepreneurs l’après-midi, salariés à temps très partiel
pour une association le lendemain. En bref, une vie multitâche
et surtout sans routine !
Vous pouvez lire à ce propos l’excellent livre de Marielle Barbe
sur la communauté des slasheurs18. Elle en explique l’origine
et le mode de fonctionnement qui, contrairement à ce que
nous pourrions croire, ne concerne pas uniquement les jeunes
générations :
« Le mot “slasheur” fait référence au signe typographique
de la barre oblique / (“slash” en anglais) et désigne des
personnes qui, par obligation économique ou par conviction
et par choix, cumulent plusieurs métiers. »

De même, la conférence Ted d’Emilie Wapnick, vue plus de
6 millions de fois, diffuse aussi cette notion de multipotentialités
en expliquant les atouts d’un tel profil : synthèse d’idées par
l’innovation, adaptabilité, capacité à apprendre vite19.

C’est un thème qui ne laisse pas indifférent, quelle que soit votre
génération. La génération X a fait des choix parce que le système
ne lui a pas laissé l’occasion de vivre ses intérêts multiples. Vos
enfants veulent vivre une vie équilibrée et sont plus à même
de suivre leurs intuitions et de changer d’intérêts au fil de leur
parcours.

 

Notre avis repose sur le principe d’une société de free-lancers où le salariat disparait peu à peu. Ainsi, bien se former , avoir confiance en ses capacités et être heureux de faire son job sont les clefs pour un bien-être professionnel.

 

Les professions qui résistent

 

Avocats, boulangers, charcutiers, restaurateurs… En conjuguant savoir-faire à la française, patrimoine et tradition, de nombreux autres métiers conservent tous les atouts pour résister.

Le marché de l’emploi pour les métiers traditionnels devrait rester tendu avec des pénuries de talents.

Si la banque a réduit ses recrutements et l’assurance les a lissés, il n’empêche que les départs à la retraite vont créer des appels d’air.

L’agroalimentaire, la grande consommation, la construction, la distribution et la restauration sont aussi des secteurs qui vont continuer d’embaucher.

 

Les métiers de la construction

les entreprises de construction, cabinets d’architectes et start-up commencent dès aujourd’hui à se doter de nouvelles compétences pour inventer la ville intelligente de demain.

Le BIM (Building Information Modeling) est une maquette numérique en 3D et de nouvelles méthodes de travail qui prennent de la place désormais.

Avec les logiciels BIM, la structure, les matériaux, les équipements du futur bâtiment sont conçus et assemblés virtuellement. Ainsi, avant même la mise en chantier, les bureaux d’études sont à même de détecter les problèmes et de les corriger. Ces logiciels assemblent également de nombreuses données de la réalisation du projet comme les normes, le coût, et même les prévisions météo pour planifier le travail sur les chantiers. Toutes ces informations peuvent désormais être centralisées sur une même plate-forme pour que tous les acteurs aient accès aux mêmes informations et ainsi puissent disposer de la vision globale du projet.

 

Les métiers de l’agriculture

Il y a un certain nombre de paramètres qui entrent en ligne de compte pour une bonne gestion de l’agriculture. En effet, les prévisions concernant l’environnement géologique et météorologiques à utiliser pour valoriser les terres relèvent de ce qu’on pourrait qualifier de « bon sens du paysan ». C’est à dire une connaissance historique de la terre au sens propre et de la façon de gérer sa production.

Les évolutions technologiques permettent d’avoir une idée précise sur ces éléments incontournables de la production et de les prédire avec la plus grande justesse à partir d’outils tels que le capteur de température, le GPS ou encore le « big data ». Il y a désormais tout un arsenal utilisable pour contrôler toutes ces variantes à partir d’un smartphone ou d’un ordinateur. La nouvelle version de l’agriculture est donc en cours : il s’agit du « smart farming » ou de l’agriculture intelligente en français.

Tout le monde sait que nourrir le monde devient un vrai sujet forcément lié à l’écologie et que nous épuisons les ressources de notre planète au niveau mondial dès le mois de Juillet. À partir du mois d’Août, l’humanité vit à crédit selon les calculs du Global Footprint Network (GFN).

Il semble donc évident que le métier traditionnel de l’agriculteur demande des compétences différentes pour pouvoir optimiser sans épuiser les ressources dont il dispose.

Les métiers de l’agroalimentaire

L’agroalimentaire est le sous-secteur de l’alimentation qui connaît la plus forte activité du point de vue des recherches technologiques. La plupart des chercheurs procèdent à des recherches, à des émissions d’hypothèses et à des tests afin de créer une panoplie de nouveaux produits agroalimentaires. Cela va forcément conduire à une restructuration ou une métamorphose des métiers de l’agroalimentaire.

D’un autre côté, les métiers qui sont directement liés à la santé et à la sécurité des produits agroalimentaires (les métiers relatifs à la qualité) seront revus et revalorisés afin d’assurer une meilleure qualité de fabrication aux produits qui vont naître de ces recherches et une meilleure qualité au niveau des procédés de fabrication.

 

Voici une infographie sur les métiers du futur parue dans un article du magazine Capital en Aout 2022. 

 

métiers avenir 2030

 

Bonne réflexion ! Si vous souhaitez réfléchir avec un professionnel de l’orientation scolaire et professionnel : contactez-nous ici

Les mots clefs de cet article : # formation # recrutement # emplois # métier d’avenir # métier qui recrute # professionnel # avenir